BreakBachDance


La suite baroque renoue avec la danse, sa caractéristique première, et trois cents ans plus tard, ses Gavotte, Guigue ou Menuet inspirent aussi bien la dance contemporaine des artistes de KFM Crew que la musique originale, électronique et sans tabou, du musicien suisse Matthieu Mantanus, avec Guillaume Bouillon au violoncelle, sur fond d’un monde noir et urbain façonné par les dessins de l’artiste suisse Philippe Berbier.

Note d'intention



Matthieu Mantanus (composition, synthétiseurs & live electronics)
Guillaume Bouillon (violoncelle)
Yu-Seng (chorégraphie, danse)
Philippe Berbier (illustrations)
KFM Crew (danse)
Clément Reber (création lumières et technique)

Nabucco

Opéra en quatre actes de Giuseppe Verdi (1813-1901), tiré de Nabuchodonosor (1836), drame d'Auguste Anicet-Bourgeois et de Francis Cornu

Site de l'opéra
Andréanne Quartier-la-Tente pour RTS culture
Charles Sigel pour ForumOpéra

Lire plus…

Tokugawa Ieyasu

Shiba Ryōtarō. Tokugawa Ieyasu, shōgun suprême. Ed. du Rocher, 2011
Tokugawa Ieyasu rocher

Cette clémence [de Ieyasu] envers ses vassaux est sans doute encore plus intrigante que le fait d'avoir laissé mourir son épouse et son fils. Il estimait peut-être que son statut de chef n'était pas une situation naturelle, mais qu'elle faisait de lui un organe de commandement qui devait oublier son intérêt personnel.

p. 107

Après une période d'agitation, l'époque Sengoku des provinces en guerre, sous l'impulsion d'Oda Nobunaga, puis Toyotomi Hideyoshi, et enfin Tokugawa Ieyasu, le Japon est unifié. Alors que Nobunaga naît dans une famille de petits seigneurs (daimyō) de la province d'Owari, Hideyoshi est fils d'un paysan pauvre et le clan Tokugawa fondé par un bonze itinérant.
Les attaches de ce dernier dans le Mikawa, une province éloignée du raffinement de Kyōto, expliquent les manières rustiques de Ieyasu. Pourtant son attention aux préoccupations de la population et sa loyauté lui ont permis de s'imposer comme commandant du Japon. Son pragmatisme a marqué la famille Tokugawa et s'est perpétué pour toute l'époque Edo, de 1600 à la Restauration Meiji en 1868. Lire plus…

Être à sa place

Marin Claire. Être à sa place : habiter sa vie, habiter son corps. Éditions de l’Observatoire, 2022

Penser des mises en place, c'est assigner à chacun une place fixe, l'enfermer dans cette case, épinglé au mur avec son étiquette, comme dans un vieux muséum d'histoire naturelle. Mais cela suppose aussi l'impossibilité que les places soient redistribuées.

p. 31-32

La mobilité étant inhérente au vivant, ne pas tenir en place paraît plutôt signe de projection dans l'avenir, d'espoir. Cette souplesse, cette capacité d'adaptation sont pourtant considérées avec méfiance parce qu'elles remettent en cause un ordre établi, des loyautés. Une agilité suspecte qui oblige sans cesse à retrouver des équilibres. Lire plus…

Couleur, Gloire et Beauté

Couleur, Gloire et Beauté – Peintures germaniques des collections françaises (1420-1540)
Musée Unterlinden de Colmar

Conçue en écho aux collections de peintures anciennes du Musée Unterlinden dont le fonds comprend des ensembles exceptionnels de panneaux peints parmi lesquels son chef-d’œuvre, le Retable d’Issenheim, l’exposition Couleur Gloire et Beauté réunit plus d’une soixantaine d’œuvres, attribuées à des artistes renommés comme Martin Schongauer, Albrecht Dürer, Hans Baldung Grien mais aussi d’autres à (re)découvrir (Caspar Isenmann, Jost Haller, Wilhelm Stetter, ou encore le Maître des Études de draperies...).

Dossier de presse



Le site du musée
Dossier de presse

La vierge au buisson de roses – Martin Schongauer
«Welcome home» hotel Paul & Pia — pas qu'un slogan
Aux armes de Colmar – des suggestions en plus des plats traditionnels de la carte

Dan Flavin

Dédicaces en lumière
Kunstmuseum Basel


Au moyen d’œuvres conçues à partir de lumière, [Dan Flavin] libère la couleur du champ de la peinture et la transpose dans l’espace tridimensionnel. En utilisant des tubes lumineux du commerce, il s’oppose aux représentations habituelles du statut d’auteur.e et des processus de production dans l’art : sa décision de faire de l’art à partir d’un objet usuel du quotidien retint l’attention de ses contemporains et demeure, encore aujourd’hui, radicale.

Communiqué de presse




Eléonore Sulser pour Le Temps
Florence Grivel pour RTS
Le site du Kunstmuseum

blogEntryTopper