Comme un homme

Vörös Florian, Désirer comme un homme, Enquête sur les fantasmes et les masculinités. La Découverte. 2020.

Sur sa fiche de présentation de l'Université de Lille, Florian Vörös indique que “[s]es recherches se situent au croisement des Cultural Studies, de l'ethnographie des pratiques numériques et des études de genre et de sexualité”. En publiant un essai sur l'influence de la pornographie dans la socialisation masculine, il traite plus précisément des “représentations culturelles et les expériences vécues des sexualités masculines (plaisir, normes, hiérarchies, violences)” en tenant compte du regard féministe sur les hommes mâles.
Lire plus…

L'odyssée d'Hakim

Toulmé Fabien, L'Odyssée d'Hakim, Delcourt, Encrages (2018–2020)

Toulme Hakim projet
L’Odyssée d’Hakim est un roman graphique singulier : un dessin minimaliste proche de la ligne claire pour raconter une histoire personnelle au plus près des faits. En mars 2015, les migrants affluent vers l'Europe au péril de leur vie et les naufrages se succèdent en Méditerranée dans une relative indifférence. Toulmé s'interroge sur ce traitement médiatique alors que le suicide d'un copilote au commande d'un appareil de Germanwings suscite une immense émotion, probablement parce que le public s'y identifie fortement. Il ne peut accepter ce silence et se lance dans un travail de grande envergure puisqu'il lui faudra trois volumes pour raconter le voyage qui mènera Hakim de Damas à Aix-en-Provence.
Lire plus…

L'Arabe du futur, 1987-1994

Sattouf Riad, L'Arabe du futur, Une jeunesse au Moyen-Orient.
Tome 4 – 1987-1992, Allary Éditions, 2018
Tome 5 – 1992-1994, Allary Éditions, 2020

Arabe Futur 5
La double appartenance française et syrienne de l'auteur, amplifiée par le désaccord parental, est une réalité que connaissent beaucoup d'enfants. L'instabilité du lieu de domicile est aussi un fait que doivent assumer de nombreux élèves avec de fréquentes incidences sur leur scolarisation. Dans la situation de Riad, ces déplacements le confrontent à des systèmes éducatifs fondamentalement différents, puisque fondés sur des conceptions culturelles et politiques opposées.
Le dessin est le moyen pour Sattouf de dépasser ces impasses identitaires.
Lire plus…

Cinq branches de coton noir

Sente Yves et Cuzor Steve, Cinq branches de coton noir. Dupuis, Aire libre, 2018.

BD coton noir
Le roman graphique de Yves Sente illustré par Steve Cuzor reprend les codes de la bande dessinée pour traiter de la question raciale. Son héros, Lincoln Bolton, est un soldat noir américain de la Seconde guerre mondiale relégué, par sa couleur, dans des tâches subalternes en Angleterre. Désireux comme nombre de ses compatriotes de rejoindre les unités combattantes, il est victime de la ségrégation qui marque profondément toute la société américaine et, en particulier, les corps constitués.
Sente rappelle que le refus de Hitler de serrer la main de Jesse Owens aux Jeux Olympiques de Berlin est plus connu que celui du Président Franklin D. Roosevelt, en campagne pour sa réélection. La crainte que l'engagement patriotique des descendants d'esclaves nécessite une reconnaissance amène un bouleversement sociétal primait sur les considérations stratégiques à court terme. La division des tâches au sein de l'armée rend vraisemblable les discriminations racistes qui parcourent tout l'ouvrage.
Le scénario qui valorise l'engagement de Lincoln et de ses pairs en vue de réhabiliter des Afro-américains paraît cousu de fil blanc : la quête sera fructueuse. En laissant dans l'ombre les branches de coton noir, le scénariste traduit parfaitement son intention de rendre hommage “[à] tous ceux qui se sont battus pour la reconnaissance de l'égalité des races [et à] tous ceux qui, malheureusement, doivent encore le faire, aux États-Unis ou ailleurs”.
Le dessin de Cuzor entretient magnifiquement la tension dramatique et souligne l'héroïsme des protagonistes en donnant au récit un aspect véridique.

Site de l'éditeur
Soldats noirs – Troupes françaises et américaines dans les deux guerres mondiales (centre de recherches ACHAC – Association pour la Connaissance de l’Histoire de l’Afrique Coloniale)

Des vies à découvert

Kingsolver Barbara, Des vies à découvert, Rivages 2020.

Barbara Kingsolver situe ce roman à Vineland, New Jersey. Ses références aux origines de cette communauté rappellent des invariants de la politique américaine, une certaine «mythologie» étasunienne.

[Les paysans] refusent de croire qu'on les a abusés en les poussant à amasser leur richesse pour les maîtres de cette ville.
– Aucun homme ne veut entendre qu'il a été un imbécile.
– Mais ils entendent, et ils persistent. Landis leur vend son contrat, ce Vineland égalitaire où tous les hommes ont la même chance, et ils lapent ça comme des chats le lait à leur écuelle. Ils sont tous pour le grand capitaine, alors qu'il les ligote et dévore leur âme et leurs biens. D'une certaine façon, il les amène à se ranger contre leur camp.
– Ils préfèrent se penser bientôt riches plutôt qu'irréversiblement pauvres.

p. 329

blogEntryTopper Lire plus…

Récits d'Helvétie

Ben Salah Rafik, Récits d'Helvétie, L'Âge d'homme, 2019.

Le recueil de nouvelles de l'écrivain helvético-tunisien, professeur de français dans le Canton de Vaud, est un pont entre deux mondes. Rafik Ben Salah décrit sa patrie d'adoption avec un détachement ironique, alors qu'une forme de nostalgie se dégage quand il est question de son pays d'origine.
Son écriture se décline dans un champ large, allant d'un lexique soutenu, voire précieux à des expressions régionales typées. Sensible à la musique de la langue, il joue volontiers avec les accords sonores. Ces jeux de langage masquent cependant un rapport complexe à la migration : malgré son statut social, il est toujours perçu comme étrange(r).

Au sortir de ce repas, j'avais le cœur crevassé. Je dis à ma compagne que je n'envisageais plus de rendre visite à ses parents. Parce que, comprenait-on ou ne comprenait-on pas, j'avais besoin d’un conseil paternel, pas d'un garagiste, moi, hein !
J'ai mis du temps à comprendre que c'était mon affaire et je remercie qu’on ne pas dit: c’est ton problème, comme il se dit trop souvent aujourd’hui. Je crois que j'eusse rompu bruyamment avec mes hôtes dont j’appris à connaître la faste générosité. Dans la société où je suis né, l'identité individuelle est encore en gestation. L'on mettra encore longtemps pour passer du Nous au Je, en dépit du Printemps qualifié d’arabe.

p. 23-24



Interview à la RTS du 21.12.2019