Canarias


Imada Gomera

Lors de ce deuxième voyage en Macaronésie, nous avons utilisé l'espagnol, les Canaries étant le seul archipel de ce groupe d'îles hors de l'influence portugaise. Comme au
Cap-Vert, le décor est ciselé par les volcans et la végétation rendue diverse par les alizés. Ces aspects géographiques modèlent les trois îles que nous avons visitées : Tenerife, La Gomera et La Palma. Des îles occidentales qui se prêtent davantage à la randonnée qu'aux séjours balnéaires.

Imada

Les infrastructures routières nous ont impressionnés. Délaissé sous l'ère franquiste, l'archipel a grandement profité de l'adhésion de l'Espagne à l'Europe. Les fonds de cohésion ont contribué au financement d'un réseau cohérent et efficace.
Ces investissements ont renforcé l'attrait de ces îles. Avec plus de 15 millions de touristes par an (
2018), c'est la seconde destination touristique d'Espagne, derrière la Catalogne. Les Britanniques (30%), les Allemands (20%) et les Espagnols de la péninsule (10%) sont les principaux visiteurs. Tenerife, la plus grande et la plus peuplée des îles, est aussi la plus fréquentée avec 3,8 millions de touristes en 2018. Cette réalité a une importante incidence sur le paysage.
Les propositions commerciales qui ciblent les randonneurs sont essentiellement des forfaits qui comprennent un appartement, un véhicule et des propositions d'itinéraires. C'est de cette manière que nous parcourons Tenerife et La Palma. À la Gomera, nous demandons une variante qui nous permet de passer d'un logement à l'autre et nous évite les trajets en voiture. Bien que les routes soient excellentes, la déclivité peut les rendre sinueuses et lentes.
Le gouvernement de la communauté autonome des Canaries (
Comunidad Autónoma de Canarias) a conscience de la nécessité de préserver les espaces naturels et la biodiversité qui sont actuellement sa principale richesse. Plusieurs zones sont reconnues comme Réserve de biosphère, notamment La Palma et La Gomera. Le volcan du Teide, le plus haut sommet d'Espagne, et son parc national contribuent à l'attrait de Tenerife.
Le secteur agricole joue aussi un rôle économique important, mais a une fâcheuse tendance à être orienté vers la monoculture, actuellement celle de la banane.
Alors que l'après-guerre a été une période de forte émigration vers le Venezuela et Cuba, on observe une tendance à l'augmentation de la population étrangère, notamment en provenance d'Amérique latine et d'Europe. Par ailleurs, les habitants se concentrent sur les deux îles principales de Tenerife et de Gran Canaria.

Tenerife